Comment faire face à une agression

savoir réagir face à l'agression

Nous vivons dans un monde de violence au quotidien. Quelle se trouve dans le milieu professionnel ou personnel l’agressivité de certains individus peut laisser des marques indélébiles. C’est pourquoi nous vous donnons quelques astuces pour faire face à ce type de situation.


Conserver votre « self-control » et restez vous-même pour gérer l’agression

La caractéristique commune des individus violents ou agressifs est de vouloir prendre le dessus sur la personne qui l’oppose. Par l’augmentation de l’intonation de voix, par la rapidité du débit de parole ou par menace gestuelle. Le but tant de casser l’espace de confort de l’interlocuteur pour prendre un avantage psychologique et obtenir réparation de la raison qui l’amène à être violent.

Dans ce contexte une seule solution, “conserver son sang-froid coûte de coûte”. Vous devez rester maître de la situation pour prendre les bonnes décisions dans le feu de l’action, ne pas faire n’importe quoi pour régler le litige correctement et ainsi vous prémunir d’un risque de récidive tout en  défendant votre point vue et vos positions. La gestion d’une agression est un combat, prenez donc une grande respiration avant de partir en guerre.

Deux techniques s’offrent à vous pour reprendre les esprits que vous auriez pu perdre au commencement de l’agression :

  • Respirer un bon coup : Mettez-vous quelques instants à l’écart de la scène de conflit, prétextez une photocopie urgente ou un appel de votre collègue se trouvant dans un bureau éloigné pour interpréter la situation devenu soudainement difficile et reprenez votre souffle, respirez et quand vous vous sentirez prêt, retourner auprès de l’individu qui vous fais face. Quelques secondes suffisent pour prendre un peu de recul et pouvoir mieux maîtriser quelqu’un d’agressif.
  • Gagner du temps : Sous pression vous n’aurez pas de solution efficace à proposer à votre agresseur. N’hésitez pas à temporiser, calmer et accompagner la personne. Utiliser des phrases du type «  je comprends » « j’entends tout à fait » «  laissez-moi réfléchir », sans trop en faire quand même pour ne pas faire penser à l’autre que vous le prenez pour un imbécile et risquer d’envenimer les choses.

Quoi qu’il arrive l’attitude globale est la clé de la résolution du conflit, désamorcer une agression passe forcément par une maîtrise totale de vous-même dans ces instants compliqués. Ne vous faites surtout pas marcher dessus mais montrez que vous êtes fort, tout en restant calme.


Garder vos distances face à l’agresseur pour ne pas vous mettre à son niveau

L’agressivité est une réaction idiote qui sert uniquement à  passer ses nerfs, vous ne verrez jamais par exemple à la télévision deux politiciens s’insulter pour remporter un débat sous peine de perdre la partie. Le contrôle de soi et la maîtrise de son vocabulaire sont une preuve d’intelligence et de finesse. Inutile donc de perdre votre temps à vociférer et à entrer dans l’engagement  d’une discussion stérile sauf si vous y tenez absolument. Sachez gagner en confiance en refusant de vous mettre au niveau d’un être agressif.


Dans une phase d’agression bloquante sachez trouver une porte de sortie

Dans certains moment de la joute verbale il est fort probable que vous vous sentiez « bloqué » face à la violence de l’argumentation et que par conséquent vous ne trouviez pas de porte de sortie. Retrouvez vite votre moyen, reprenez la main car la gêne se reconnait facilement et ne masquera pas vos faiblesses. Consulter  par exemple les avis des uns et des autres, ne restez pas seul face aux questions dont vous n’avez pas les réponses. L’implication d’autres personnes dans la dispute aura pour effet de ne pas engager seulement votre point de vue et donc votre personne mais l’ensemble d’un groupe.


Dépersonnaliser la relation conflictuelle pour y répondre

Dépersonnaliser le conflit pour ne rien prendre personnellement est également une bonne astuce pour gérer une attaque verbale ou  physique.  N’oubliez pas que l’agression ne correspond qu’à la perception de la réalité d’un autre. Comme une bonne vieille maladie, une fois immunisé contre l’opinion ou les actions d’autrui vous ne serez plus victime des souffrances inutiles qui découlent d’une situation conflictuelle.

 Le meilleur moyen pour atteindre la dépersonnalisation est de rentrer dans un rôle, dans la peau d’un acteur le temps d’une courte,  mais intense scène.


Apprendre à ne pas accepter le dépassement de certaines frontières

La plupart des personnes agressées ne reconnaisse pas elle-même leurs propres limites et sont donc prête à toutes les humiliations pour que le moment de l’agression s’arrête le plus rapidement possible. Il est pourtant interdit d’outrepasser le droit de chacun au respect. Le travail de reconnaissance d’une violation des droits est compliqué  à mettre en place. En effet la rapidité de l’agression et la violence ne laisse pas de place à l’analyse à chaud. Comme une gymnastique c’est à vous de ne pas tout accepter et de mettre fin au dialogue lorsque vos droit humains fondamentaux sont en danger.

Quels sont mes droits d’être humain ?

  • Vous avez le droit d’être traité avec respect
  • Vous avez le droit d’exprimer vos sentiments, vos opinions et vos désirs.
  • Vous avez le droit de dire non sans vous sentir coupable
  • Vous avez le droit d’obtenir ce que vous avez réglé
  • Vous avez le droit d’avoir des opinions différentes
  • Vous avez le droit de vous protéger lorsque vous vous sentez menacé physiquement ou émotionnellement.
  • Vous avez le droit d’avoir votre propre vie s’en en subir quelque jugement.

Cependant, notre société  est remplie d’individus qui se jouent de franchir ces limites pour assommer, et essayer de prendre le contrôle. N’oubliez pas qu’une personne agressive  souhaite vous priver de votre liberté individuelle pour mieux vous soumettre. A vous de refuser avec  force cet état de fait et de montrer au monde que vous n’êtes pas quelqu’un de faible mais que vous vous battez pour vos convictions personnelle.


gérer l'agressionNe laissez pas l’agresseur vous agresser (personnellement)

 L’arme favorite d’une personne en mode agression est de ne pas parler des solutions envisagé pour régler son problème, mais unique ment de vous parler de « vous » et de vos « défaillance ». Le but de l’opération étant bien entendu de vous faire endosser toutes les responsabilités d’une rage infondée. « Vous n’avez pas fait votre travail ! » « Vous n’êtes qu’un incompétent »  sont les phrases rhétoriques qui reviennent le plus dans la bouche d’un agresseur. Toujours dans une logique de prise de pouvoir et de manipulation. Ne tomber pas dans le piège, grâce à un moyen simple et efficace qui consiste à recentrer le débat sur la propre faille de votre interlocuteur. Attention cependant à ne pas appliquer cette méthode sous forme d’attaque frontale, au risque d’avoir la répartie d’un enfant de grande section « c’est toi qui l’est » ! Mais appliquez cette méthode avec subtilité en posant des questions.

Exemple :

  • Tu n’es qu’un moins que rien !
  • Vous me traitez monsieur avec mépris, je ne discuterai donc plus avec vous, c’est ce que vous souhaitez ?

Changer de conversation pour éteindre l’agression

Une nouvelle astuce pour dissiper une situation d’agression et de prendre quelques minutes de réflexion, sans ne rien dire devant l’individu et de subitement changer de sujet. Cette attitude montre  toute votre maîtrise de la situation, puisque vous êtes capable de ne plus focaliser votre attention sur les attaques subis et de marquer sans négociation votre détachement. Ce changement de comportement rapide en quelques mots vous redonne le contrôle et permet même de créer un nouveau lien plus amical avec votre agresseur.

Exemple : « … c’est une jolie montre que  vous avez la, elle doit coûter cher ? »


L’humour et le sourire votre meilleur arme pour sortir vainqueur d’une situation d’agression

L’utilisation de l’humour dans la communication est un outil de poids pour calmer une situation de conflit. Utilisé avec parcimonie il peut désamorcer l’agressivité  et permet valoriser votre état d’esprit positif et met en valeur votre personnalité désarmante. Cette caractéristique montrera au belligérant toute votre capacité à conserver votre sang froid et vous éviteras de subir toute attaque car avec un peu de rire dans une situation empirique fait toujours du bien aux deux interlocuteurs.

Il est également important, même si l’envie vous manque de montrer que vous êtes quelqu’un de solaire en toute circonstance en conservant votre sourire mais si le poids des mots est insupportable.


Lorsque la violence est trop forte et que tout dialogue est impossible, apprenez à coopérer

Parfois, dans les cas les plus extrêmes d’agression, lorsque le dialogue est rompu, et que la violence physique prend le pas sur la violence verbale, il est nécessaire de ne pas rétorquer mais plutôt de coopérer. Votre intégrité physique doit être préservée. Donner raison le temps d’un moment, n’est pas donner raison à vie ! Ne vous sentez pas inférieur si sous la menace d’une arme vous avez obtempéré. Cette réaction est préférable à la lutte à tout prix et vous aurez encore le temps plus tard de réfléchir aux moyens qui s’offrent à vous pour sanctionner l’individu irresponsable de tel agissement.

En conclusion, pour bien gérer une agression, il faut d’abord savoir bien communiquer ! Plus vous développerez vos compétences face à ce type Evènement, moins la douleur post-traumatique sera grande. La prise de recul sur cette situation dure à vivre vous permettra  également de gagner en confiance et de sortir plus fort sans avoir donner raison à celui qui essaya de vous couler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.